Jean-Philippe Maurer

Député du Bas-Rhin (2e circonscription)
Conseiller général de Strasbourg 7 (Meinau, Neudorf ouest)

bout_accueil

DOSSIER : RESPECT DES SYMBOLES DE LA REPUBLIQUE

Sommaire
09/11/2009

Chuchotements
02/11/2009

Interview de France Bleu Alsace à 7h50 - Emission "L'Invité"
29/05/2009

J-P Maurer et les symboles de la République
26/05/2009

Un rapport au secours des symboles de la République
26/05/2009

Le retour des symboles républicains
26/05/2009

Le rapport remis à Eric Besson
25/05/2009

Un rapport pour "déringardiser" les symboles de la République
17/05/2009

« Il faut réaffirmer la force des symboles républicains »
06/05/2009

L'arsenal républicain des députés UMP
06/05/2009

Pavoisement permanent des édifices publics
06/05/2009

Invité surprise aux Grosses têtes

06/05/2009

Conférence de presse

06/05/2009

Communiqué sur les symboles de la République

27/10/2008

Chuchotements
22/10/2008
Une mission parlementaire

Les pièces du dossier "SYMBOLES DE LA REPUBLIQUE" sont classées de la plus récente à la plus ancienne.

 

Vu dans les 9 novembre 2009

Chuchotements - Sur le grill

Jean-Philippe Maurer

Député UMP de Strasbourg

Auteur d'un rapport sur le respect des symboles républicains, Jean-Philippe Maurer a été sollicité par Éric Besson pour organiser en Alsace un débat sur l'identité nationale.

Photo DNA

COMMENT VA SE DÉROULER CE DÉBAT ? L'idée est d'organiser une réunion d'échange au niveau local avec des représentants notamment de la société civile. Nous sommes volontaires sur le principe mais le débat est en cours de construction avec le préfet. Il devrait avoir lieu début décembre à Strasbourg. Les propositions doivent être formalisées avant la fin février.

CE GRAND DÉBAT EST-IL SUFFISANT ? Nous souhaitons aboutir à des propositions intéressantes sur la meilleure façon de respecter les symboles républicains auxquels les Français sont attachés. Ces principes n'ont jamais fait l'objet de débat. Nous voulons libérer la parole et faire confiance aux représentants de la société civile. Il y a matière à recréer du lien social. Il faut y aller sans a priori.

N'EST-CE PAS UNE STRATÉGIE POUR RÉCUPÉRER LES VOIX DU FN AVANT LES RÉGIONALES ? J'ai rendu mon rapport à la fin du premier semestre de cette année et la thématique de l'identité nationale figure dans la feuille de route d'Éric Besson. Est-ce trop tôt ou trop tard, j'ai du mal à le dire. On vote une fois par an, la fenêtre de tir est étroite. On peut polémiquer sur tout.

Édition du Lun 9 nov. 2009



Le grand débat sur l'identité nationale

Cliquez sur l'image pour écouter
l'interview du 2 novembre 2009 sur
France Bleu Alsace



J-P Maurer et les symboles de la République

29/05/2009 | 16:19 par CR (Avec AFP)

Le député alsacien a contribué au rapport remis au ministre Eric Besson sur le respect des symboles de la République

Le 6 mai dernier Eric Besson, ministre de l'immigration, a reçu les conclusions du rapport sur le respect des "symboles de la république", commandé après les premiers sifflets contre la Marseillaise dans les stades de football.

Ce rapport énonce des propositions comme le pavoisement permanent des édifices publics et une meilleure connaissance de l'hymne national.

Fait à la demande de Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, il préconise aussi de baptiser chaque classe des établissements scolaires, privés ou publics, du nom d'un personnage de l'Histoire de France figurant à leur programme. Les quatre rapporteurs, tous députés UMP, parmi lesquels Jean-Philippe Maurer, proposent également de "donner du ‘peps’ au 14 juillet en y associant la jeunesse et en ouvrant les espaces publics". Ils souhaitent mettre en place à titre temporaire un "observatoire national du respect des symboles républicains".

Jean-Philippe Maurer, député UMP du Bas-Rhin à son bureau strasbourgeois. © France 3

Le ministre de l'Immigration Eric Besson a souhaité mardi dernier que "tous les jeunes Français connaissent (les) symboles (de la république), qu'ils les comprennent, qu'ils y adhèrent".

Soulignant que la question des symboles de la République avait été abordée à l'occasion des sifflets contre La Marseillaise, M. Besson a déclaré qu'il ne fallait "ni nier ni exagérer" cet épisode. "Certains l'ont fait sciemment. Pour d'autres, c'est devenu presque un jeu, une provocation", a-t-il dit.

Il a estimé que le "respect" des symboles de la République était "un devoir de tout citoyen, quelles que soient son histoire et ses origines géographiques", et a indiqué qu'il "serait amené à prendre des initiatives avant la fin de l'année".

Le conseil interministériel pour l'intégration qui doit avoir lieu au début de l'été pourrait être l'occasion pour le gouvernement de décider la mise en œuvre de certaines propositions des parlementaires.

Le reportage d'Arnaud Rapp, Yves Ledig et Laurent Monpiou

Avec les interviews de :

- Jean-Philippe Maurer, député UMP du Bas-Rhin, co-auteur du rapport

- Philippe Derrien, président du conseil départemental des parents d'élèves



Un rapport au secours des symboles de la République

Créé le 26.05.09 à 18h18 | Mis à jour le 26.05.09 à 18h55

CIVISME - Éric Besson, le ministre de l'Immigration, recevait ce mardi un rapport censé leur redonner leur brillant d'antan...

Quand Evelyne Thomas et son buste de Marianne ne suffisent plus à maintenir un semblant d’identité nationale, il devient urgent de revoir les symboles de la République pour ranimer la flamme vacillante du patriotisme. Après les sifflements qui ont accompagné la Marseillaise lors du match France-Tunisie le 14 octobre 2008, le gouvernement s’est décidé à réagir.

Le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire accusait réception ce mardi matin d’un rapport de 10 pages. En huit propositions «ni exhaustives ni limitatives», les quatre rapporteurs, tous députés UMP, entendent «soutenir et promouvoir le respect des symboles républicains»…

Au menu, des drapeaux français et la motion «République française» gravée sur tous les édifices publics (y compris La Poste et les casernes de pompiers), et les paroles de la Marseillaise collées en couverture des cahiers d'écoliers. Contrairement à ce à qui était attendu, il ne s’agit pas de «déringardiser» les symboles républicains, mais plutôt de les faire accepter par les moins enclins à la fibre patriotique, les jeunes en premier.

Un kit pédagogique pour apprendre la Marseillaise

Des supporteurs de l'équipe de Tunisie sifflent la Marseillaise le 14 octobre 2008 au Stade de France avant un match amical
Jacques Demarthon AFP

Visiblement affectés par les sifflements d’hymnes nationaux, les auteurs du rapport proposent de diffuser «un kit pédagogique pour faciliter l’enseignement pédagogique de la Marseillaise». Jean-Philippe Maurer, Françoise Hostalier, Jacqueline Irles et Philippe Meunier proposent également de redonner du peps au défilé du 14 juillet. Le rapport envisage à cette fin d’associer la jeunesse à la manifestation et d’ouvrir les espaces publics, mais les quatre députés ne disent pas comment ils comptent s’y prendre.

Les rapporteurs ne s'arrêtent pas en si bon chemin et prévoient la création d’un « observatoire national du respect des symboles républicains » pour témoigner, ou non, de l'efficacité de leurs propositions. Si avec ça, l'honneur et la patrie n'en ressortent pas grandi...

A la réception du dit rapport, Eric Besson a indiqué qu’il «serait amené à prendre des initiatives avant la fin de l’année».

R.G



Identité nationale

Le retour des symboles républicains

Par Laurent Chabrun, publié le 26/05/2009 14:48

Respecter et renforcer la présence des symboles de la République. C'est l'objectif du rapport remis à Eric Besson, ministre de l'Identité nationale. Panorama des mesures envisagées, notamment à l'école.

Le ministre de l'Immigration, Eric Besson, est également celui de "l'Identité Nationale". Et c'est à ce titre qu'il recevait, hier matin, un rapport parlementaire sur le "respect des symboles de la République". Ce document établi par quatre députés (Jean-Philippe Maurer, Bas-Rhin; François Hostalier, Nord; Jacqueline Irles, Pyrénées-Orientales et Philippe Meunier, Rhône) a pour objectif de "renforcer la présence des symboles républicains sur le territoire national et faciliter leur reconnaissance par chacun". Que préconise t-il?
  • - Rendre obligatoire et permanent le pavoisement de tous les édifices publics.
  • - Rendre visible la mention "République Française" sur tous les bâtiments publics.
  • - Baptiser chaque classe des établissements scolaires du nom d'un personnage de l'Histoire figurant au programme scolaire.
  • - Pour les élèves en apprentissage de la Marseillaise, coller sur un cahier de cours les paroles de l'hymne national.
  • - Repenser la fête du 14 juillet en en faisant une date majeure de notre calendrier civique pour transmettre avec solennité aux générations montantes la mission de veiller aux idéaux qui ont fait la France.
  • - Mettre en place un observatoire national du respect du symbole républicain.

Eric Besson, qui dispose d'autres rapports sur la question, devrait annoncer ses choix définitifs en septembre prochain. D'ici là une réunion interministérielle (Education, Sport, Immigration), prévue dans le cours de l'été, aura permis d'harmoniser les positions des différents ministères concernés.


Le rapport sur les "symboles de la République" remis à Éric Besson

Le ministre de l'Immigration Eric Besson a souhaité mardi que "tous les jeunes Français connaissent (les) symboles (de la république), qu'ils les comprennent, qu'ils y adhèrent". Il recevait un rapport parlementaire rédigé par quatre députés UMP sur "le respect des symboles de la République".

Conçu après les sifflets d'une partie du public contre La Marseillaise lors d'un match de football France-Tunisie au Stade de France, le 14 octobre 2008, ce rapport, rendu public le 6 mai, énonce des propositions comme le pavoisement permanent des édifices publics et une meilleure connaissance de l'hymne national.

Le rapport, fait à la demande de Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, préconise aussi de baptiser chaque classe des étabissements scolaires, privés ou publics, du nom d'un personnage de l'Histoire de France figurant à leur programme. Les quatre rapporteurs, tous députés UMP, Jean-Philippe Maurer, Françoise Hostalier, Jacqueline Irles et Philippe Meunier proposent également de "donner du peps au 14 juillet en y associant la jeunesse et en ouvrant les espaces publics". Ils souhaitent mettre en place à titre temporaire un "observatoire national du respect des symboles républicains".

Soulignant que la question des symboles de la République avait été abordée à l'occasion des sifflets contre La Marseillaise, Eric Besson a déclaré qu'il ne fallait "ni nier ni exagérer" cet épisode. "Certains l'ont fait sciemment. Pour d'autres, c'est devenu presque un jeu, une provocation", a-t-il dit. Il a estimé que le "respect" des symboles de la République était "un devoir de tout citoyen, quelles que soient son histoire et ses origines géographiques".

Faisant valoir que "la valorisation des symboles républicains" faisait partie de la lettre de mission que lui a soumise le président de la République, M. Besson a indiqué qu'il "serait amené à prendre des initiatives avant la fin de l'année". Le conseil interministériel pour l'intégration qui doit avoir lieu au début de l'été pourrait être l'occasion pour le gouvernement de décider la mise en oeuvre de certaines propositions des parlementaires

Publié le 26/05/2009 à 14:44 Le Point.fr



Un rapport pour "déringardiser" les symboles de la République

Créé le 25/05/09 - Dernière mise à jour le 26/05/09 à 8h36

Quatre parlementaires remettront mardi leur rapport sur le respect des symboles républicains. Parmi les mesures envisagées, la mise en avant du drapeau devant tous les services publics et la référence dans les écoles à un personnage historique tout au long de l'année.

Objectif : redorer le blason des symboles républicains. Des parlementaires ont planché pour trouver les moyens de faire respecter les symboles de la République. Ils remettront leur rapport mardi à Eric Besson, au ministre de l'immigration.

Les parlementaires sont partis d'une question en forme de constat : "Et si à force d'abolir les symboles républicains, on finissait par abolir la République ?". L'idée directrice du rapport est de proposer des mesures simples. La proposition phare consiste à hisser de drapeau tricolore devant tous les services publics, y compris les bureaux de poste et les casernes de pompiers.

Dans les écoles, chaque classe choisira en début d'année un héros de l'histoire de France et s'y référera tout au long de l'année. L'objectif principal de ces propositions est d'éviter que la Marseillaise soit à nouveau sifflée, comme elle l'avait été lors de la rencontre France-Tunisie en octobre dernier au Stade France.

Co-auteur du rapport, le député du Bas-Rhin Jean-Philippe Maurer juge possible de moderniser les valeurs de la République : "Je fais le pari que dans cinq ans (..) on aura une nouvelle génération de jeunes qui considéreront que la République n'est pas si ringarde que ça mais terriblement d'actualité".



« Il faut réaffirmer la force des symboles républicains »

Le respect en huit propositions

Voici les propositions du rapport parlementaire sur le respect des symboles de la République, élaboré par Jean-Philippe Maurer, avec trois de ses collègues du groupe UMP, Françoise Hostalier (Nord), Jacqueline Irles (Pyrénées-Orientales), Philippe Meunier (Rhône) :

  • Rendre obligatoire et permanent le pavoisement de tous les édifices publics, qu'ils soient de l'État ou des collectivités territoriales.
  • Identifier et rendre visible la mention "République française" sur ces bâtiments publics.
  • Baptiser chaque classe des établissements scolaires, publics et privés, du nom d'un personnage de l'histoire de France figurant au programme scolaire.
  • Pour les élèves de l'année scolaire concernée par l'apprentissage de la Marseillaise, coller en début du cahier de cours les paroles de notre hymne national et son historique qui aura également cette même place dans le manuel d'histoire.
  • Diffuser un kit pédagogique pour faciliter l'enseignement de la Marseillaise.
  • Valoriser et soutenir les actions de connaissance des symboles républicains dans les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS)
  • Mettre en place un observatoire national du respect des symboles républicains.
  • Repenser la fête nationale du 14 Juillet en faisant de la date majeure de notre calendrier civique le moment choisi pour transmettre avec solennité aux générations montantes la mission de veiller aux idéaux qui ont fait la France et de commémorer le souvenir de leurs initiateurs.

Jean-Philippe Maurer vient de rendre un rapport parlementaire, rédigé avec trois collègues UMP, sur le respect des symboles de la République. Ils présenteront leurs propositions le 26 mai à Éric Besson, ministre de l'Identité nationale.

Les incidents survenus lors du match France-Tunisie, le 14 octobre 2008, ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Jean-Philippe Maurer n'a pas supporté qu'une nouvelle fois la Marseillaise soit sifflée. Il a obtenu le feu vert de Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée, pour constituer un groupe parlementaire chargé de rechercher, au-delà de la condamnation morale de tels incidents, les moyens de favoriser le respect des symboles républicains.
La commission Rocheteau (du nom de l'ancien international de football) ayant entre-temps été missionnée par le secrétaire d'État aux Sports, Bernard Laporte, pour trouver des solutions dans les stades, le groupe Maurer a élargi sa réflexion à l'ensemble de la société.

«La fête nationale est totalement banalisée. Nous proposons de la repenser»

- DNA : Ça fait longtemps que ces questions vous chagrinent (*)...

- Jean-Philippe Maurer : Lorsque j'ai été élu à la Meinau, j'ai constaté avec effarement que les jours de pavoisement officiel, seuls le cimetière sud (qui comprend un carré militaire) et le lycée Couffignal sortaient le drapeau tricolore. Depuis, d'autres ont suivi, le bureau de poste, la mairie de quartier, le collège. Quand j'étais adolescent à Dorlisheim, le 14 Juillet on chantait la Marseillaise dans la cour de l'école.

"Dans d'autres pays, les symboles de la République suscitent beaucoup plus de ferveur" assure Jean-Philippe Maurer (photo archives DNA)

Aujourd'hui, la fête nationale est totalement banalisée. Nous proposons de la repenser (lire ci-contre). Pourquoi ne pas organiser des portes ouvertes dans les gros services publics, les casernes de pompiers, voire la caisse d'allocations familiales, à l'instar des manifestations organisées le 9 mai, lors de la journée de l'Europe ?

- Comment en est-on arrivé à une telle indifférence ?

- Le mouvement soixante-huitard a entraîné la contestation de toute autorité. Le Front national a sauté dans la brèche et préempté le drapeau tricolore. Lorsque je suis entré en politique, je me suis étonné qu'on ne chante plus la Marseillaise à la fin des meetings. « Tu n'y penses pas, ça c'est le FN », m'a-t-on répondu. De même, à la Meinau, on ne voulait plus pavoiser par peur d'éventuelles réactions hostiles des jeunes du quartier : « Ils vont allumer le drapeau ». En fait, quand on a à nouveau sorti les drapeaux, il n'y a eu aucune réaction. Au contraire, la veille de la finale de la Coupe du monde de foot, en 2006, j'ai distribué dans les boîtes aux lettres de ma circonscription le texte de la Marseillaise, des gamins m'ont suivi spontanément en chantant l'hymne national. C'était touchant.

«L'État n'est pas seulement un prestataire de services. C'est l'expression de la République»

- Quelle évolution souhaitez-vous ?

- Il faut réaffirmer la force des symboles, les mettre sur le chemin quotidien des gens, leur redonner une légitimité, les valoriser. Il faut arrêter le dénigrement permanent de l'État. Même des élus le font, c'est commode, ça évite de s'interroger sur sa propre capacité à faire.

- L'État et la République, ce n'est pas pareil.

- Certes, mais leur sort est lié. L'État n'est pas seulement un prestataire de services. C'est l'expression de la République ; l'action publique assure sa permanence dans les quartiers. On ne peut pas laisser l'autorité publique piétinée dans les violences urbaines. Les jeunes ne peuvent pas se construire dans le rejet de l'État et de la France. Dans d'autres pays, les symboles de la République suscitent beaucoup plus de ferveur. L'Espagne a imposé le pavoisement permanent des bâtiments publics, y compris au Pays basque et en Catalogne.

- Que vont devenir vos propositions ?

- Certaines devront évoluer en propositions de loi. Nous avons été pragmatiques, elles font écho à ce que nous avons entendu lors des auditions. Elles ne sont pas budgétairement voraces et ne prévoient aucune sanction. La plupart passent par la pédagogie à l'école. C'est là que doit se faire, de façon tout-à-fait dépassionnée, la transmission des valeurs, tout comme on apprend aux gamins à se laver les dents.

- Vous n'avez pas peur de passer pour un ringard ?

- Non, pourquoi ? Comme mes collègues, je suis un jeune député qui ne vit pas dans la culpabilité ou la repentance de la décolonisation. On va de l'avant. On veut débloquer les gens, leur redonner confiance. On s'adresse surtout aux jeunes. Dans les classes où j'interviens, les élèves sont toujours surpris d'apprendre que Guy Môquet chantait la Marseillaise en 1941 lorsqu'il a été fusillé.

Propos recueillis par Claude Keiflin

(*) Tout jeune conseiller général, après un incendie volontaire à la Meinau, Jean-Philippe Maurer avait déployé un drapeau tricolore en session, en présence du préfet, pour protester contre l'inaction de l'État.

Édition du Dim 17 mai 2009



MARSEILLAISE, PAVOISEMENT, MANUELS SCOLAIRES... - L'arsenal républicain des députés UMP


Des parlementaires UMP militent pour le pavoisement
permanent de tous les bâtiments publics.
© WITT/SIPA

Les sifflets ont pris un tour politique. Le 14 octobre 2008, avant le match France-Tunisie, des supporteurs ont sifflé la Marseillaise, suscitant l'indignation générale, tant à gauche qu'à droite. De cet épisode fâcheux, succédant à ceux de France-Algérie et de Lorient-Bastia, des députés UMP ont entrepris de rédiger un rapport . Les grandes lignes, présentées mercredi, seront transmises au ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, Éric Besson.

Pavoiser tous les bâtiments publics en permanence et mieux connaître la Marseillaise font partie des propositions pour "le respect des symboles républicains" retenues par Jean-Philippe Maurer (Bas-Rhin), Françoise Hostalier (Nord), Jacqueline Irles (Pyrénées-Orientales) et Philippe Meunier (Rhône).

Une loi en préparation ?

Ces élus souhaiteraient voir les paroles de la Marseillaise figurer en cours d'histoire, que ce soit au début du cahier de cours ou du manuel, et diffuser un "kit pédagogique" pour l'enseignement de l'hymne national. Ils souhaitent aussi rendre obligatoire et permanent le pavoisement des édifices publics, mairies et préfectures, ce qui est déjà le cas, mais aussi des écoles, hôpitaux, stades, centres de secours, services départementaux d'incendie et de secours.

Les parlementaires proposent aussi de baptiser chaque classe du nom d'une personnalité de l'Histoire de France, de rendre visible la mention "République française" sur tous les édifices publics, de mettre en place "un observatoire national du respect des symboles républicains" et de "repenser la fête nationale du 14 juillet". Le rapport pourrait prendre la forme d'une proposition de loi, bien que la plupart de ces propositions puissent être appliquées par voie réglementaire, ont reconnu les députés.

Publié le 06/05/2009 à 15:42 - Le Point.fr



Des députés UMP proposent le pavoisement permanent des édifices publics

Pavoiser tous les bâtiments publics en permanence et mieux connaître la Marseillaise font partie des propositions pour "le respect des symboles républicains" présentées mercredi par des députés UMP avant de les transmettre au ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale Eric Besson. Jean-Philippe Maurer, Françoise Hostalier, Jacqueline Irles et Philippe Meunier ont expliqué qu'ils avaient entrtepris de rédiger ce rapport après les sifflets d'une partie du public contre la Marseillaise au stade de France lors d'un match France-Tunisie le 14 octobre 2008. Ils voudraient que les paroles de la Marseillaise figurent au début du cahier de cours et du manuel d'Histoire des élèves dans les écoles et diffuser un "kit pédagogique" pour l'enseignement de l'hymne national. Ils souhaitent aussi rendre obligatoire et permanent le pavoisement des édifices publics (mairies et préfectures, ce qui est déjà le cas, mais aussi écoles, hôpitaux, stades, centres de secours, services départementaux d'incendie et de secours). Ils proposent encore de baptiser chaque classe du nom d'une personnalité de l'Histoire de France, de rendre visible la mention "République française" sur tous les édifices publics, de mettre en place "un observatoire national du respect des symboles républicains" et de "repenser la Fête nationale du 14 juillet". Remis au président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Jean-François Copé, le rapport sera présenté à M. Besson puis prendra la forme d'une proposition de loi, bien que la plupart de ces propositions pourraient être appliquées par voie réglementaire, ont-ils reconnu.

AFP 06.05.09 | 14h40 - LeMonde.fr



Invité surprise aux GROSSES TETES du 11 mai 2009 !

Cliquez sur l'image pour écouter
la conversation avec Philippe Bouvard
et ses grosses têtes



Conférence de presse :
présentation du rapport
 

  

 

 

Cliquez sur l'image



Rapport parlementaire sur le respect des symboles de la République

Communiqué

Avec trois de mes collègues, (Mme Françoise HOSTALIER, Député du Nord, Mme Jacqueline IRLES, Député des Pyrénées Orientales et M. Philippe MEUNIER, Député du Rhône) nous venons de rendre un rapport parlementaire sur " Le respect des symboles de la République ".

Suite à la rencontre de football France-Tunisie le 14 octobre 2008 où l'hymne national " La Marseillaise " avait été sifflé, l'élaboration d'un rapport parlementaire m'avait été confiée.

Afin de faire des propositions concrètes et efficaces pour endiguer ce phénomène croissant de non respect des symboles républicains, de nombreuses personnalités ont été auditionnées ces derniers mois.

Le rapport présente en une dizaine de pages le contexte qui entoure ce phénomène et des propositions simples et aisées à mettre en œuvre pour le faire cesser.

Il s'agit avant tout, par les propositions faites dans ce rapport, de densifier la présence républicaine sur le territoire français et faciliter sa reconnaissance par chacun pour éviter, à l'avenir, de revivre des situations reconnues choquantes par près de 80% des français.

Télécharger le texte du rapport (pdf)

6/5/2009


Vu dans les 27 Octobre 2008

Chuchotements

Après les sifflets pendant la Marseillaise lors du match France-Tunisie, Jean-Philippe Maurer a obtenu de Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée, une mission sur le respect de nos symboles républicains.

POURQUOI AVOIR DEMANDÉ CETTE MISSION ?

Photo DNA
Philippe
Dobrowolska

- Je n'ai jamais dissimulé mon sens patriotique (une de ses premières manifestations de conseiller général avait consisté à déployer au Département, devant le préfet, un drapeau tricolore après l'incendie d'une boulangerie à la Meinau, ndlr). C'est la énième fois que la Marseillaise est sifflée. Je veux comprendre ce qui se passe.

VOUS PENSEZ QUE LE PROBLÈME DÉPASSE L'ENCEINTE DES STADES ?
- Absolument. Aujourd'hui, le 14-Juillet a été ravalé au rang d'une manifestation banale : plus vite on l'expédie, mieux c'est. Autrefois, on en faisait une vraie fête populaire. Lire et écrire n'est pas inné, c'est de l'acquis. De même, les symboles et les valeurs, il faut les acquérir et les entretenir. Comme un jardin : si on ne s'en occupe pas, il est envahi par les mauvaises herbes.

QUE COMPTEZ-VOUS PROPOSER AVEC VOS TROIS COLLÈGUES DÉPUTÉS (Françoise Hostalier, Jacqueline Irles, Philippe Meunier) ?
- D'être plus précis sur la notion de citoyenneté. Ce n'est pas seulement l'affaire de quelques personnes, les professeurs. Nous ferons des propositions. Les ministères de l'Éducation, de la Ville et de Jeunesse et Sports sont intéressés.

27/10/2008



Rapport parlementaire sur le respect des symboles de la République

Communiqué

Je présiderai aux côtés de Mme Françoise HOSTALIER, ancienne ministre et députée du Nord, Jacqueline IRLES, députée des Pyrénées-Orientales et Philippe MEUNIER, député du Rhône, une mission afin d'imposer plus de respect pour nos symboles républicains, confiée par Jean-François COPE, président du Groupe UMP à l'Assemblée Nationale.

Cette mission a été constituée à la suite des sifflets ayant ponctué l'hymne national lors du match France-Tunisie la semaine dernière au stade de France.

Mon engagement en matière de défense et de promotion des symboles républicains (notamment sa défense active de l'hymne national) trouvera, dans cette mission, sa concrétisation, puisque le groupe s'est engagé à rendre des propositions d'ici la fin 2008 afin de contribuer à ce que de tels évènements ne se reproduisent plus.

22/10/2008