REFORME TERRITORIALE : les cinq pistes nécessaires pour faire avancer l'Alsace

Six élus de l'agglomération de Strasbourg, membres de l'UMP pour la plupart, signent une tribune où ils donnent "cinq pistes pour faire avancer l'Alsace", et notamment la réactivation du projet de Conseil unique.

"Le projet de réforme territoriale diluant l'Alsace dans un ensemble dit " ALCA ", Alsace Lorraine, Champagne Ardennes est caduque. Caduque parce qu'indigeste, cher et sans la moindre adhésion populaire. Reste à le faire entendre à Paris !

Aujourd'hui, chacun évolue sur la forme et le fond. N'est-il pas nécessaire et logique de reconnaître naturellement l'engagement de ceux qui, des manifestations du 28 juin aux pétitions d'aujourd'hui, ont dit " NON " ? Des 16.000 adhérents au groupe Facebook de l'un aux 32.000 signataires de l'autre, ils ont démontré que l'Alsace était faite de cœur et de passion.

Au-delà et puisque l'État dit vouloir sincèrement réformer :

- Remettons sur le métier un Conseil d'Alsace 2.0, autour des grandes métropoles, pour une Alsace forte de ses territoires comme Adrien Zeller voulait une France forte de ses régions.

- Entamons une réflexion pour une " Alsace ouverte et rayonnante ", exception institutionnelle ouverte vers la Sarre, le Palatinat, le Bade-Wurtemberg et la Suisse, promesse d'une Euro-région incarnée. La proximité n'est pas, vue d'Alsace, une affaire étrangère !

- Invitons l'État à plancher sur une réforme des collectivités intermédiaires que sont les conseils généraux mais surtout les communes et les communautés de communes, autrement importantes, en termes de budgets et de gisements économiques, que les régions.

- Ne faisons pas de ces réformes un " machin d'élus pour les élus ou d'initiés pour initiés " et associons la population par le biais d'États généraux et de consultations transparentes visant à répondre aux priorités et attentes de tous. Faisons-y respirer la nécessaire démocratie participative.

- Enfin, ne refaisons pas le procès d'un référendum perdu. Dans ce divorce fratricide, les torts furent partagés. Tournons l'Alsace vers son avenir, laissons fermées les cicatrices, cela ne ferait que créer rancœur et freins.

Voici 5 pistes nécessaires pour faire avancer l'Alsace !

Le texte est signé par

Jean-Philippe Maurer (UMP), Conseiller Général et municipal de Strasbourg ;
Georges Schuler (UMP), Maire de Reichstett ;
Jean-Emmanuel Robert (UMP), Conseiller municipal de Strasbourg ;
Eric Senet, Conseiller municipal de Strasbourg ;
Stéphane Bourhis (UMP), Conseiller Municipal d'Hœnheim ;
Geoffroy Lebold (UMP)

 

Vendredi 25 juillet 2014


<<< Retour au site <<<