CONGRES D'ALSACE

Le discours de Jean-Philippe Maurer

Le congrès réuni samedi 24 novembre à Strasbourg a approuvé à une très très large majorité la création d'une "collectivité territoriale d'Alsace", également appelée Conseil d'Alsace.
Le discours de Jean-Philippe Maurer :

Messieurs les Présidents, mes chers collègues,

 

Il est des rendez-vous à ne pas manquer, et ce congrès d'Alsace est une étape fondamentale dans l'évolution de nos trois collectivités territoriales, pour la collectivité unique, sans être uniforme.

Les mots ont un sens et celui de " CLARTÉ " n'est pas synonyme de " CONFUSION ".

Aucun territoire ne tourne le dos à un autre territoire, et l'équilibre territorial reste une constante .

Et la constante, c'est également notre capitale régionale, STRASBOURG, qui est et reste notre capitale régionale.

Si l'Europe délibère à Strasbourg sur les enjeux stratégiques de sa politique, sur les orientations de son action, l'Alsace délibèrera à Strasbourg sur les enjeux stratégiques de sa politique, sur les orientations de son action, sur les évolutions à envisager, sur les débats politiques qui déterminent toute action publique .

L'unité, notre unité alsacienne, nous met à l'abri de la bataille des lobbys, et nous permet de confirmer que ce que mettent en œuvre les deux métropoles de Strasbourg et Mulhouse, peut trouver tout son sens avec l'alliance de nos trois collectivités territoriales et l'équilibre territorial qui s'y rattache.

L'Assemblée délibérante, à Strasbourg, par l'Assemblée d'Alsace, et l'exécutif, à Colmar, par le Conseil Exécutif d'Alsace, car les mots ont un sens et le RESPECT des territoires a cette vertu supplémentaire que j'appelle la CLARTÉ et l' ÉQUILIBRE.

L'épine dorsale de l'Alsace s'en trouvera confortée, et permettra à toute l'alsace de soutenir notre capitale régionale , STRASBOURG, dans sa vocation européenne.

C'est bien un renforcement de la vocation européenne de Strasbourg qui s'inscrit dans cette perspective alsacienne, avec un interlocuteur territorial alsacien unique, et une signature qui se renforcera par l'addition des moyens répartis actuellement sur trois collectivités, pour l'ensemble des contrats signés avec l'État, contrats de projets, contrat triennal " Strasbourg Ville Européenne ", notamment, que nous attendons toujours.

Aucun territoire de doit se couper d'un autre, c'est pourquoi l'organisation territoriale qui nous est proposée reconnait que l'Alsace est multipolaire, tout en soutenant l'attractivité de ses métropoles, certains en comptent deux là où il serait légitime d'en reconnaître trois, avec Colmar.

Mes chers collègues, le serment de Strasbourg existe déjà, inutile de l'inventer, ou de le réécrire. Ce qui est dangereux, c'est de dénigrer le siège de l'Assemblée d'Alsace à Strasbourg. Ce qui est dangereux, c'est de faire croire que la responsabilité délibérative alsacienne , qui s'exprimera à Strasbourg, ne vaut rien tout en soulignant le pouvoir délibératif européen à Strasbourg, qui s'exprime par le Parlement Européen.

Ce que l'Europe peut et fait à Strasbourg, et que nous défendons , l'Alsace le fera à Strasbourg.

Pensez-y !

24 novembre 2012

<<< Retour au site